«

»

Déc 05 2013

Imprimer ceci Article

Café-Débat : Peut-on parler de racisme en pays post-colonisé et d’émigration ?

affiche 3

Lundi 16 décembre 2013 à 19H , au Miyanis : 132 boulevard de Ménilmontant 75020 – Ligne 2 Ménilmontant 

Café Débat : Peut-on parler de racisme en pays post colonisé et d’émigration ?

L’association Uni*T veut pour ce deuxième café débat de l’année traiter d’un sujet, qui tout en étant omniprésent, a été peu ou pas médiatisé : Le racisme – anti noir- dans les pays du Maghreb et particulièrement en Tunisie. De fait, parler de sujet est évident pour certains et incompréhensible pour d’autres, néanmoins les faits l’attestent, le racisme en terre d’Afrique du nord est une réalité et malheureusement pas un fantasme.

Comme à notre habitude, nous articulerons notre soirée autour d’un livre : « Noir au Maghreb, enjeux identitaires ». L’auteure Stephanie Pouessel et Maha Abelhamid, seront parmi nous pour échanger autour de cette question.

——–
et pour vous mettre l’eau à la bouche avant ce passionnant débat qui nous attend voici deux textes proposés par nos deux invités :

Peut-on parler de racisme en terre ex-coloniale et pourvoyeuse d’émigration ?

« Victimes de tous les ostracismes européen et sioniste, nous avions fini par oublier que nous étions nous-mêmes racistes, et cela faussait entièrement notre perception de nous-mêmes et notre rapport aux autres », Moncef Marzouki, Arabes, si vous parliez…, Afrique Orient, Casablanca, 2012 (1987), p.97.

Au Maghreb, le terme même de « racisme » est largement perçu comme l’incarnation de préoccupations occidentales, reléguant ce concept aux silences du « tabou ». Ce refus d’accoler aux sociétés maghrébines des modèles exogènes mène à poser une chape de plomb sur les questions de discriminations et de ‘races’.
Car évoquer l’appréhension des populations noires en Tunisie, et plus largement au Maghreb, apparait comme une question dérangeante. Elle confronte l’imaginaire national à son rapport à l’«altérité », et qui plus une « altérité endogène », aux stratifications internes aux pays du Maghreb, au-delà de la grande domination coloniale.
Le contexte actuel vient bouleverser la donne : Les différents types de migration qui traversent le Maghreb, notamment d’Afrique subsaharienne, l’expérience de racisme que l’émigration tunisienne peut vivre en Europe, et enfin la libération de la parole qu’a permise la révolution tunisienne mènent à un nouveau rapport à l’étranger et à ses propres « différences » nationales.

Stéphanie Pouessel

——————–

Il a de nombreuses expressions que j’entends depuis que je suis petite et qui commencent à me dégoûter : « tu es noire (mais, et) belle » ou noire (mais, et) charmante » … Comme si la couleur noire ne pouvait pas s’associer au charme, à la beauté ou l’intelligence. On entend aussi fréquemment « on aime bien les noirs », avec cette expression nuisante ! « il est un porte bonheur » ou il est chasseur de mauvais œil « nestbarkou bih », sans parler du fantasme sexuel porté sur la femme noire pauvrette perçue par certains hommes tunisiens seulement comme sujet dans leurs lits, les proverbes tunisiens en sont témoins…Ôh mon DIEU…. Un fétichisme qui porte en soi une dégradation de la personne du Noir et un RACISME latent.
Les histoires tunisiennes depuis l’indépendance jusqu’à nos jours, ceux qui connaissent bien ces histoires évitent d’en parler… et ceux qui ne les connaissent pas ignorent un drame sociétal. Beaucoup ont obéi à la logique raciste de la société tunisienne et ont essayé de tout faire pour enterrer leurs origines noires. Ils ont contourné l’histoire pour dessiner, à leurs familles, un arbre généalogique plutôt d’origine « blanche », voire le plus « noble », c’est marrant mais aussi frappant. Cela nous engage à faire une petite analyse pour comprendre à quel point la société tunisienne a des préjugés sur les origines noires. Et à quel point cette origine est un fardeau pour beaucoup. Cela ne résume-t-il pas l’ampleur du racisme tunisien ?
Il y a eu une telle banalisation du racisme en Tunisie que même des intellectuels et artistes Tunisiens avancent des propos racistes choquants et inadmissibles à la télé, dans les journaux, sur leurs comptes FB… Des propos de la part de gens cultivés et qui croient et soutiennent l’égalité et les droits humains. Notre dernier choc « civilisationnel » a été causé, malheureusement, par le célèbre caricaturiste Tunisien, apprécié par beaucoup de personne et qui a publié une caricature vers mi-novembre sur sa page FB et dans laquelle il a avancé des propos purement racistes tout en parlant ironiquement des « républiques bananières » . Ce n’est qu’un exemple de ce qui s’est passé publiquement. Aucune région de la société civile appelant et militant pour l’égalité et la dignité ne s’est positionnée contre tout cela. C’est pour cette raison que c’est le fond que nous voulons changer et pas la forme.

Maha Abdelhamid

——–

Pour en savoir plus :

Stéphanie Pouessel : anthropologue à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain de Tunis. Elle travaille sur la politisation des « cultures », les enjeux des questions « raciales » au Maghreb, la refonte des identifications culturelles et les revendications linguistiques dans le contexte de la postarabisation. Elle coordonne actuellement un programme collectif de l’IRMC qui réfléchit à un nouveau paradigme des identités culturelles au Maghreb.

http://www.irmcmaghreb.org/spip.php?article198

http://www.cairn.info/publications-de-Pouessel-Stéphanie–53640.htm

Maha Abdelhamid : Doctorante en Géographie Sociale (Laboratoire Mosaîque U.de Nanterre Paris X). elle travaille sur la marginalisation sociale dans la région de Gabès (sud-est de la Tunisie).
Son attachement au laboratoire « Régions et Ressources patrimoniales en Tunisie » de la faculté des lettres, des arts et des humanités à l’université de la Manouba depuis 2003, lui a permit de revisiter le sud tunisien et focaliser son observation sur la population de cette région et surtout les noirs tunisiens ; elle estime que ses derniers font partie de la population la plus marginalisée.
Maha est actuellement activiste dans la société civile. Elle appelle à une existence digne pour les noirs et une égalité citoyenne et égalité de chance sans discrimination de couleur dans la Tunisie post-révolutionnaire. »

https://www.facebook.com/notes/maha-abdelhamid/abid-ghbonton-au-jcc-2012/475579539152891

https://www.facebook.com/notes/maha-abdelhamid/-kahla-une-noire-fête-le-premier-anniversaire-de-la-révolution-tunisienne-14-jan/309517159092464

https://www.facebook.com/notes/maha-abdelhamid/bourguiba-était-il-raciste-en-vers-les-noirs/560833273960850

http://nawaat.org/portail/tag/maha-abdelhamid/

http://www.lesinrocks.com/2013/04/23/actualite/tunisie-la-revolution-noire-11388331/

http://citoyensalaune.wordpress.com/2011/12/13/la-minorite-noire-tunisienne/

 

Lien vers l’évènement Facebook :

https://www.facebook.com/events/583855641670283/?ref_dashboard_filter=upcoming

Lien Permanent pour cet article : http://www.uni-t.fr/cafe-debat-peut-on-parler-de-racisme-en-pays-post-colonise-et-demigration/

Laisser un commentaire